Un professionnel des soins dentaires portant un équipement EPI de sécurité et une blouse blanche, souriant avec compassion.

Soins Parodontaux

 

 

Les soins parodontaux concernent le parodonte, les tissus spécialisés qui entourent et soutiennent les dents. Ces tissus comprennent les gencives, les tissus conjonctifs et l’os alvéolaire. Selon la nouvelle classification EFP/AAP, la santé parodontale est définie comme l’absence de maladie (inflammation), évaluée cliniquement et tient compte de la réponse immunitaire naturelle impliquant des taux de marqueurs biologiques et inflammatoires compatibles avec un état d’équilibre (homéostasie). Les maladies parodontales affectent le parodonte sous différentes formes, les plus fréquentes étant la "gingivite" et la "parodontite".

 

  • Étiologie, causes et symptômes

    La nouvelle classification EFP/AAP distingue deux grandes catégories de maladies gingivales : les maladies gingivales non induites par le biofilm de la plaque dentaire et les gingivites induites par la plaque dentaire. Les maladies gingivales non induites par le biofilm de la plaque dentaire incluent une série de pathologies qui ne sont pas causées par la plaque et qui ne disparaissent généralement pas après l’élimination de celle-ci. Ces lésions peuvent être des manifestations d’une affection systémique ou être limitées à la cavité buccale. La gingivite induite par la plaque dentaire peut se présenter sous divers signes et symptômes cliniques. Toutefois, elle disparait entièrement à la suite d’un contrôle adéquat de la plaque. Des facteurs prédisposants locaux et des facteurs modificateurs systémiques peuvent affecter son étendue, sa gravité et sa progression.

    Si la gingivite n’est pas traitée et qu’elle est aggravée par d’autres facteurs (génétiques, environnementaux ou locaux), l’inflammation causée par les bactéries évoluera vers la parodontite. La parodontite est caractérisée par un processus destructeur et irréversible affectant tous les composants du parodonte, à savoir l’os alvéolaire, le cément autour de la dent et le ligament parodontal.

    Selon les estimations, environ la moitié des adultes de plus de trente ans présentent un certain degré de maladie parodontale, mais la prévalence réelle pourrait être plus élevée. Les éléments suivants peuvent également augmenter le risque de maladie gingivale :

    • Le fait de fumer,
    • Le vieillissement,
    • Le diabète,
    • Le stress,
    • L’affaiblissement du système immunitaire,
    • La grossesse,
    • Certains médicaments qui assèchent la bouche,
    • Des facteurs héréditaires

    Apprenez-en davantage sur la nouvelle classification EFP/AAP des maladies parodontales, consultez le site https://www.efp.org/publications-education/new-classification/.

    Étiologie, causes et symptômes
  • Conséquences sur la qualité de vie des patients

    Les maladies parodontales ont des conséquences locales et générales sur la santé humaine. De nombreux symptômes locaux, tels que saignements, la mauvaise haleine, la récession gingivale, le déchaussement des dents, la douleur et éventuellement la perte des dents, peuvent affecter considérablement la qualité de vie des patients et être source d’inconfort et d’anxiété.

    Le saignement gingival est fréquent à tous les stades, et le patient est également susceptible de ressentir de la douleur et de la sensibilité en raison de la gingivite. Cela peut potentiellement affecter le plaisir de consommer certains aliments et compliquer le maintien d’une bonne hygiène bucco-dentaire.

    Lorsque la maladie parodontale progresse, les gencives se rétractent et laissent la dentine de la racine exposée. Par conséquent, l’hypersensibilité dentinaire et les caries radiculaires peuvent également apparaître en même temps que la parodontite, ce qui a un impact supplémentaire sur la qualité de vie et conduit à un traitement qui pourrait s’avérer plus invasif.

    La parodontite crée des poches entre les dents et les gencives qui peuvent être difficiles à nettoyer. Les aliments et les bactéries peuvent facilement y être piégés, ce qui favorise l’accumulation de la plaque dentaire et l’halitose, ou mauvaise haleine. Cela peut générer une gêne et un stress considérables pour le patient.

    Une maladie parodontale avancée peut causer la perte des dents, ce qui peut s’avérer choquant et angoissant pour les patients. Si la dent est visible, son absence peut négativement affecter la confiance et l’estime de soi du patient.

    Du point de vue de la santé systémique, l’inflammation persistante des tissus parodontaux peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, de maladies rénales chroniques et de polyarthrite rhumatoïde, et peut avoir un effet négatif sur le contrôle du diabète et sur la grossesse.

    Conséquences sur la qualité de vie des patients
  • Prévention, soins et traitement

    La meilleure façon de se protéger des maladies parodontales est de maintenir une hygiène bucco-dentaire adéquate afin de contrôler efficacement le biofilm buccal. Toutefois, chez les patients très à risque, les maladies parodontales peuvent se développer malgré les efforts déployés pour maintenir une hygiène bucco-dentaire correcte. Une hygiène bucco-dentaire correcte quotidienne doit s’accompagner de visites régulières chez le dentiste afin de permettre un diagnostic précoce et de faciliter un suivi adéquat en cas de maladie.

    Le traitement de la gingivite nécessite l’élimination de la plaque dentaire et du tartre accumulés, le cas échéant. C’est ce qu’on appelle la prophylaxie dentaire professionnelle (ou détartrage supragingival, ou nettoyage des dents), qui est effectuée par des professionnels de santé dentaire. En outre, il est crucial que les patients améliorent leur hygiène buccale quotidienne et bénéficient d’un encadrement pour atténuer les facteurs de risque. Les patients peuvent également utiliser des dentifrices et des solutions dentaires possédant des propriétés antibactériennes et contenant divers ingrédients actifs, tels que des ions stanneux, des ions de zinc ou de la chlorhexidine afin de compléter l’efficacité de l’élimination mécanique de la plaque par un brossage quotidien.

    Le traitement de la parodontite comporte plusieurs phases. Lors du traitement initial, les bactéries sont éliminées des poches parodontales à l’aide d’un détartrage et d’un débridement de la surface de la racine (connu sous le nom de thérapie parodontale conventionnelle ou thérapie parodontale non chirurgicale, nettoyage en profondeur). Cette phase vise à éliminer la plaque, le tartre et les tissus endommagés des poches parodontales et des surfaces radiculaires.

    Dans les stades plus avancés de la maladie parodontale, un accès chirurgical aux poches parodontales profondes peut être nécessaire, par le biais d’une chirurgie parodontale (connue sous le nom de thérapie parodontale chirurgicale). La chirurgie parodontale peut parfois nécessiter le recours localisé à des procédures de régénération parodontale.

    Grâce à ces traitements, la progression de la maladie parodontale devrait être maîtrisée et les patients entrent alors dans la phase d’entretien (ou de soutien). Cette phase est cruciale pour parvenir à un contrôle à long terme de la parodontite. Elle implique une hygiène bucco-dentaire individuelle quotidienne adéquate au moyen de produits d’hygiène bucco-dentaire antimicrobiens, ainsi que des suivis réguliers par des professionnels des soins dentaires.

    Apprenez-en davantage sur les dernières directives en matière de prévention et de traitement des maladies parodontales, consultez le site web de l’EFP (Fédération européenne de parodontologie) : https://www.efp.org/publications-education/.

     

    Prévention, soins et traitement

Produits

Goutte d'eau avec des tasses à l'intérieur sur un fond rouge

 

 

Explorez

Ressources

Goutte d'eau avec des tasses à l'intérieur sur un fond rouge

 

 

Explorez

Formation professionnelle

Goutte d'eau avec des tasses à l'intérieur sur un fond rouge

 

 

Explorez